Numéro 3

poli3

Le spectacle de l’écologie

Septembre 2010
176 pages
13 x 18 cm
10 €

Commander

 

 

 

Des fermiers virtuels connectés via Facebook, des simulations participatives de crises épidémiologiques, des expériences immersives sur Pandora, des images de villes englouties par les eaux, des prophéties télévisuelles sur le désastre à venir, des récits animaliers anthropomorphisant, une esthétique des gestes quotidiens, le retour du vert, des fleurs de pixel. L’écologie traverse aujourd’hui l’ensemble du paysage culturel. Ce troisième numéro de la revue Poli vise à cartographier l’empreinte de ces discours et de ces représentations écologiques sur les produits culturels actuels. Il s’intéresse aux modifications profondes que le moment écologique semble aujourd’hui opérer sur les industries culturelles et créatives.

Au-delà du « greenwashing » ou des controverses relatives aux politiques écologiques, les auteurs de ce numéro interrogent les dispositifs de médiation propres à ces discours et tentent ainsi de qualifier la nature de ce nouveau grand récit. Le tournant vert de ces dernières années, qui a émergé conjointement à la multiplication des circuits de l’information, semble marquer l’avènement d’un âge éco-médiatique. Les formes prises par l’iconographie écologique investissent des imaginaires politiques et économiques divers et souvent dissonants. Elles participent ainsi notamment de la réfection d’un universalisme globalisé dont l’illustration la plus exemplaire fut sans doute la construction médiatique du sommet de Copenhague en sauvetage express de l’humanité. Elles revêtent d’habits neufs le libéralisme économique et distribuent de façon abusive et inéquitable la culpabilité et la responsabilité environnementale. Elles contribuent à la réinvention de la nature – à la diffusion d’un darwinisme de masse, à la restauration de l’idée d’une nature idéalisée et originelle. La diversité des champs où cette pensée a essaimé requiert d’apporter une attention particulière à chacun de ses modes d’expression. Le récit vert transmédiatique opérant également par frottements et convergences entre des contenus produits aussi bien pour la télévision que le jeu vidéo, le cinéma ou Internet, il nous a semblé pertinent d’embrasser ces différents domaines, afin de dresser un panorama des aléas politiques de la médiation de l’écologie.

Sommaire

Dépayser
Maxime Cervulle, Sébastien Martinez Barat,
Julien Mustin et Sabine Noble

Le spectacle de l’écologie

Spectacle de la nature et classe créative
Emmanuel Paris

L’agriculture selon FarmVille
Sylvain Menétrey

Anthropomorphisme créatif : la sociabilité animale au-delà du binarisme homo/hétéro
Judith ‘Jack’ Halberstam

Le défi climatique raconté par les médias
Ferenc Fodor

“A quoi servent les montagnes russes ?”
Entretien avec Jenova Chen, game designer
Maxime Cervulle et Sébastien Martinez Barat

Avatar, ou la leçon d’écologie
Laurent Jullier et Jean-Marc Leveratto

L’exposition dont vous êtes le héros
Anne Gagnebien

“Je hais le vert”. Entretien avec Alice Audoin, spécialiste du développement durable en agence média
Marion Coville

Vers une culture écologique
Loïc Fel

2012 ou la politique de l’écomasculinisme
Charles-Antoine Courcoux

Contribution visuelle

Sans titre
Arnaud-Pierre Fourtané